« Coaching » ou « Mentoring de développement » ? pour  tenter de répondre aux attentes des nouvelles générations…

Avec le recul que m’autorisent mes 69 ans (fêtés tout dernièrement), je m’interrogeais ces jours ci sur mon parcours de vie professionnelle; assez atypique certes, mais tellement riche en enchainements de fonctions et/ou de missions motivantes, autant qu’en satisfactions personnelles à les avoir pilotées ?

J’ai souvent remercié mes parents pour l’éducation stricte mais assez libérale (pour l’époque), m’ayant fait découvrir le monde de façon précoce mais avec beaucoup de gains en  maturité.

En fait je réalise actuellement que s’ils ont ainsi planté un décor favorable, les facteurs déterminants de mon « élévation » furent d’autres acteurs de mon évolution, aussi exceptionnels que peu nombreux, ayant comme point commun de m’avoir valorisé dans mes projets et actions en me faisant confiance (sortes de « Mentors » à l’ancienne me faisant réfléchir et grandir).

Par ailleurs ayant intégré ce vécu à mes démarches pédagogies, auprès de générations d’étudiants qui m’ont fait confiance, nombreux sont ceux m’ayant déclaré par la suite avoir ressenti en moi un « Mentor »! Mais jamais un « Coach », bien que cela pu être valorisant, compte tenu du spectaculaire développement du Coaching depuis les années 80.

Au-delà de mon anecdotique « cas »…, un vrai problème subsiste : alors que les baby-boomers puis la génération X ont voulu réinventer le monde, les « millénials » arrivent sur le marché du travail, avec de nouvelles attentes à prendre en compte.

Si les personnes les plus âgées de la génération X préfèrent encore actuellement un travail plus , stable et à temps plein que du temps où ils étaient plus jeunes, mobiles et friands de coaching, les aspirations de la Générations Y & Z sont assurément bien différentes. La plupart des enquêtes mettent en évidence « le besoin de passer d’une logique de performance à une logique de relation, d’échange et de sens au cœur même de la vie professionnelle ».

Pour répondre à cette évolution, les entreprises doivent inventer de nouvelles attitudes managériales…et pour le futur « écouter ce à quoi les millénials aspirent » pour faire face au stress des réalités économiques et écologiques imposées.

Les crises se succédant (crashs boursiers, réchauffement climatique, épuisement des ressources naturelles, insécurité de l’emploi autant que sociétale), les notions de performance et d’ « avenir à construire et à sécuriser » semblent dépassées, car comment croire encore à une croissance infinie dont chacun pourrait bénéficier en s’investissant pour un patron ou une entreprise ?

Après l’essor du coaching, (durant les années 80 dans le monde anglo-saxon, puis sa généralisation aux autres cultures jusqu’à nos jours), et l’apparition des « coachs de vie » (sous leurs différentes approches), le mentorat qui avait perdu de son lustre, semble donc reprendre du souffle car correspondant à nouveau à un besoin, pour servir les aspirations des millénials.

Le Mentor n’est plus le Professeur attentionné qui a repéré et conseiller le jeune étudiant marié et travailleur que j’étais, où le Directeur attentif que j’ai pu paraître aux yeux de certains étudiants admiratifs… C’est un professionnel se concentrant sur le développement vertical de son client et qui pratique donc le « mentoring de développement ».

Alors que le développement horizontal vise l’acquisition de compétences et l’atteinte de résultats, le développement vertical invite la personne à penser de manière systémique, stratégique et originale pour développer sa maturité, donner un sens à sa vie et à son engagement, savoir se situer en société, prendre du recul et aborder les réalités avec des visions larges.

Dans certaines entreprises, les démarches de « mentoring de développement » sont intégrées à la vie des organisations et transforment la manière d’exercer son métier. Les personnes qui en bénéficient sont souvent engagées de manière plus durable et c’est peut-être une autre façon de lutter contre des taux de Turn Over effrayants.

Olivier RANDONNEIX le 04/06/2018

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.